Compte Rendu de la réunion APESIA Parents du 25 janvier 2014

Après qu’Andrew French, président de l’association, eut présenté l’action de l’Apesia et les échéances d’inscription pour les prochains concours (cf. site Apesia94.org), les parents présents ont posé leurs questions, notamment à Mme Schall, professeure d’anglais en classes de 6ème et 5ème à Branly, ainsi qu’à Arielle Allouche et Marion L’Hôte, élèves en seconde section option internationale britannique (OIB).

 1 / Quel est le contenu du concours ?

Tant au collège qu’au lycée, le concours est réservé aux enfants résidant dans le département du Val-de-Marne.

* Pour l’entrée en 6ème, le test se compose d’un écrit de 30 minutes et d’un oral de 10 à 15 minutes. L’écrit consiste à répondre en des termes simples à un test de compréhension portant sur un texte écrit en langue anglaise et à savoir rédiger un petit texte sur soi-même, notamment sa personnalité et ses goûts. L’oral, en présence de deux examinateurs, porte sur une discussion interactive, axée sur une mise en situation, entre 3 candidats.

Une curiosité pour le monde anglo-saxon est un avantage, par exemple savoir dire quelles sont les capitales de l’Australie ou du Canada, combien il y a d’Etats aux Etats-Unis ou encore qui est le premier ministre britannique.

En 2013, sur 100 candidats, 40 ont été finalement retenus. 20 ont été affectés à Branly, 20 à Watteau. Pour les Nogentais, l’affectation se fait par rapport à la sectorisation des collèges de la commune. Pour les non-Nogentais, elle se fait de façon aléatoire, par exemple l’ordre alphabétique des noms des élèves (A à Branly, B à Watteau, C à Branly, D à Watteau …).

* Pour l’entrée en seconde, le concours, qui s’impose y compris aux élèves ayant suivi un cursus international au collège, consiste en une analyse de texte.

Il ne faut pas oublier que le but de la section est d’amener les bacheliers français au niveau de celui requis pour les jeunes britanniques qui souhaitent entrer à l’université de Cambridge.

En 2013, sur 60 candidats, 23 ont été retenus. Parmi les lauréats, tous avaient déjà suivi une filière internationale à Nogent (majoritairement à Branly) ou une section européenne. Trois seulement venaient d’un collège « classique ».

 2 / Quels sont le niveau solaire et les capacités de travail requises pour réussir en filière OIB ?      

Le niveau attendu en fin de CM 2 est celui d’un élève d’une classe de 5ème banale, pour pouvoir « amortir » le choc de 10 heures d’anglais, dont 2 d’histoire-géographie, par semaine (6 de plus que dans une 6ème ordinaire). Toutefois, le bon niveau général des élèves de la section, leur curiosité et leur motivation les conduisent à réussir à être au niveau sans difficultés. En revanche, compte tenu du poids de la section dans leur emploi du temps, une option comme le latin, si elle reste possible, n’est pas encouragée par les professeurs.

En réalité, les choses se compliquent au lycée où les professeurs (2 en littérature et un en histoire) ont beaucoup d’exigences sur les plans analytique et littéraire. En effet, si un profil généraliste et une grande curiosité naturelle sont requis pour réussir au collège, en revanche, au lycée, où le bilinguisme est supposé acquis, une réelle appétence pour la littérature britannique, notamment la poésie et les œuvres de Shakespeare, est indispensable. Parfois mal informés sur ces prérequis, qui découlent des exigences de l’université britannique  de Cambridge, au moins 50 % des élèves souhaitent arrêter la filière OIB en fin de seconde. Ainsi, au cours de l’année scolaire 2012/2013, il n’y avait plus que 7 élèves à Branly en Terminale option OIB (3 en S, 3 en ES et 1 en L).

Cette situation soulève de réelles difficultés pour l’administration qui a du mal à justifier de l’intérêt d’une telle section, coûteuse, vis-à-vis du rectorat. En tout état de cause, les élèves qui renoncent en fin de seconde doivent quitter Branly et retourner dans leur lycée de secteur.

Les élèves doivent donc y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans l’aventure. En effet, l’entrée en seconde OIB exige un investissement très important et doit correspondre avant tout à une envie, une capacité de travail et être en lien, même indirect, avec les projets d’études. Les élèves peuvent quand même avoir une vie à côté de la section. Ainsi Arielle et Marion sont toutes deux très investies dans leurs activités extra-scolaires, qu’il s’agisse du sport, de la musique ou de la vie associative. A noter, toutefois, que l’accès à certaines options, notamment le grec ou une 3ème langue vivante, est très déconseillé en raison du poids de l’option OIB.

Enfin, parmi les quelques élèves qui restent jusqu’au bout dans la filière, la plupart ont des parents francophones. Il n’y a donc pas de lien établi entre le fait d’avoir un parent anglophone, qui est plutôt un avantage au collège, et celui de réussir au lycée en filière OIB.

Certains parents se sont émus du lien très fort entre la section et l’université de Cambridge, qui leur paraît déconnecté des besoins du système éducatif français, qui privilégie plutôt l’anglais courant ou commercial, plus adapté aux réalités de la vie professionnelle. Si cela est vrai, il n’en demeure pas moins que la filière dépend des attendus littéraires des professeurs britanniques, par ailleurs précisés par les textes de l’Education nationale.

 3 / Quelle est l’organisation des classes OIB ?

Au collège, à Branly, il y a deux groupes de 10 élèves répartis sur deux classes distinctes, qui se retrouvent pour les cours d’anglais et d’histoire. Pour se préparer au « choc » de l’entrée en seconde, qui constitue une vraie rupture avec l’approche pluridimensionnelle du collège, l’accent est mis dès la 6ème sur la lecture d’ouvrage de littérature anglaise, à la difficulté croissante.

A Watteau, l’organisation est un peu différente. Pour les cours d’anglais proprement dits, les élèves internationaux sont mélangés aux élèves des classes banales. Une évaluation est en cours pour porter un jugement sur cette organisation qui ne semble, a priori, pas faire l’unanimité.

Pour aider les élèves de Nogent à réussir le concours d’entrée en 6ème, des cours de soutien sont organisés à Branly pour les élèves des classes de CM2 des écoles élémentaires de la commune. Ces cours sont dispensés par Mme Deleigne et Mme Schall, professeures d’anglais en classes internationales à Branly. Le collège Watteau organise également une préparation au test.

Enfin, les élèves de Branly et Watteau ont la possibilité de passer l’option internationale du brevet des collèges, qui consiste en deux épreuves orales en langue anglaise, l’une d’histoire, l’autre de littérature, de 20 minutes chacune.

Pour mémoire :

  • Les parents qui souhaitent faire passer le concours à leur enfant peuvent télécharger le dossier d’inscription sur le site Apesia94.org ;
  • Pour le test d’entrée en 6ème, les dossiers d’inscription sont à déposer jusqu’au 14 février 2014. Le concours aura lieu les 26 et 27 mars 2014 ;
  • Pour le test d’entrée en seconde, les dossiers d’inscription sont à déposer jusqu’au 4 mars 2014. Le concours aura lieu les 19 mars et 7 avril 2014.

Retrouvez le compte rendu en PDF ici