L’absence du professeur de littérature anglaise des élèves de seconde, première et terminale OIB est signalée depuis début octobre

La recherche d’un remplaçant via l’académie ne serait à priori pas envisagée du fait des arrêts non continus du professeur mais aussi du profil particulier de son poste.

Sur novembre, l’établissement a travaillé sur des solutions internes à l’établissement : Mme Shall a par exemple pu assurer une partie des cours des Terminale et Première. Le lycée espère confirmer une solution pour le Seconde, ainsi que pour la suite pour le Terminale et Première.

Lors de la prochaine réunion du 22 novembre, l’APESIA avancera les propositions telles :  libérer un professeur OIB de son emploi du temps du collège pour qu’il assure les cours des lycéens ( il semble plus facile de trouver un professeur de substitution aux collégiens OIB);  l’intervention d’un professeur d’une autre académie disposé à effectuer l’intérim.

Certains parents rappellent que la classe de 1ère est également très impactée car le bac OIB se prépare sur 2 ans. la méthode d’analyse et l’autonomie nécessaire sont en cours d’acquisition. Le découragement est grand pour ces élèves et beaucoup songent à renoncer à suivre la section OIB.

Ils signalent également que les élèves ont reçu les corrigés d’une première interrogation réalisée en septembre. Pour bon nombre d’élèves les notes sont mauvaises et les moyennes en anglais pour le premier trimestre également, ce qui est encore plus  démotivant dans un contexte où il n’y a aucune communication entre le professeur et ses élèves.

Les messages qui suivent sont issus  d’une correspondance entre Mr Pradeilles, proviseur du Lycée, et Mme Viana professeur de littérature anglaise, et s’adressent plus particulièrement aux élèves de Terminale OIB et à leurs parents.

Je voulais vous envoyer ce message avant que vous vous inscriviez au bac. J’ai perçu une certaine inquiétude parmi vous, ce qui est tout-à-fait normal étant donné les circonstances. Mais pour certains, c’est quasiment de la panique.

Avant de prendre une décision hâtive, celle de ne pas vous inscrire en Oib au bac, je voudrais que vous réfléchissiez à la valeur et à l’ampleur de tous les efforts que vous avez fournis depuis toutes ces années. Vous avez, malgré l’absence de Mme Viana, toutes les chances de très bien réussir cet examen. Je ne vous le dirais pas si je ne le pensais pas. Vous êtes des élèves qui avez d’énormes qualités, vous avez acquis une méthode de travail propre à la section, et je ne mentionne même pas votre capacité de travail et votre culture générale. Et je parle pour tout le monde.
 
J’en ai également parlé à Mme Viana, qui m’a envoyé le très long message qui suit.
 

En ce qui concerne la panique des élèves, il faut leur dire que, d’une part, si mon absence se prolonge le rectorat enverra qqn pour me remplacer — je signalerai à Mme Sagne [responsable administrative des sections Internationales] par ailleurs que les élèves n’ont pas eu cours de L/L pendant plusieurs semaines, et ceci sera pris en compte au moment du Bac.

Mais il faut aussi faire comprendre aux élèves que s’ils abandonnent l’OIB maintenant, tout le travail qu’ils auront fourni et tout ce que je leur aurai appris pendant 2 ans n’aura servi à rien: leur réussite à l’examen ne dépend pas de ma présence physique mais des méthodes de travail qu’ils ont acquises grâce à leurs efforts et leurs progrès au cours de ces 2 ans. Ces méthodes d’analyse sont la colonne vertébrale, le « backbone » de leur réussite: le reste n’est que de l’apprentissage de connaissances, c’est-à-dire la connaissance approfondie des oeuvres au programme, et l’organisation de ces connaissances (autour de grands axes d’exploration = des thèmes). 

Continue reading